La première étape

La première étape

Un bébé n’apprend pas à marcher du jour au lendemain, n’est-ce pas? Il passe par différentes étapes avant d’arriver à atteindre une certaine maturité physique. Dans son livre, Dave Ramsey propose lui aussi 7 pas de bébés (ou baby steps) à faire avant de réussir à atteindre la stabilité financière à laquelle vous aspirez.

Un éléphant se mange une bouchée à la fois, dit le proverbe.

L’idée est de se FIXER DES PETITS OBJECTIFS À COURT TERME au lieu de s’en fixer un gros à long terme et de ne pas l’atteindre.

Pour continuer sur notre lancée concernant la perte de poids, quelqu’un qui aurait 200 livres à perdre verra ça comme une montagne c’est évident! Autant abandonner tout de suite s’il garde ce chiffre en tête. Par contre si cette personne se fixe pour objectif de perdre 5 livres par mois (ce qui est plus que raisonnable), elle pensera que c’est faisable et au bout de trois ans, elle aura presque atteint son objectif. Trois ans, ça peut paraître long, mais pendant ces trois ans, elle perdra du poids et verra les changements s’opérer.

Ce qui est important, c’est d’ORGANISER ses efforts pour en voir les fruits. Si on a l’impression que rien n’avance, on va se décourager.

Donc, si vous décidez de mettre une petite somme sur chacune de vos cartes de crédit afin d’essayer de toutes les rembourser en même temps, vous vous découragerez. Vous diluez vos efforts.

Si vous décidez de vous remettre en forme physiquement, un entraîneur va vous faire un programme. Il en est de même avec la remise en forme financière. Vous devez avoir un programme. Et il faut le suivre dans l’ordre : Vous ne commencerez pas par soulever les poids les plus lourds le jour de votre premier entraînement. Si vous voulez un jour courir le marathon et que vous n’avez jamais couru, vous devez d’abord commencer par des courses de deux ou trois kilomètres. Vous comprenez l’idée! Chaque étape vous mènera au succès.

Voici les sept pas que Ramsey propose :

  1. Créer un fonds d’urgence de 1 000 $.
  2. Payer toutes ses dettes à l’aide de la méthode d’élimination Snowball (sauf l’hypothèque). Nous verrons plus loin de quoi il s’agit.
  3. Épargner trois à six mois de revenus (incluant les mensualités de l’hypothèque).
  4. Investir 15 % de ses revenus dans un REER ou un CELI.
  5. Économiser pour les études de ses enfants.
  6. Payer sa maison plus rapidement.
  7. Construire sa santé financière et donner au suivant.

Si vous avez 55 ans et que vous n’avez pas de fond de retraite, vous pourriez être tenté de commencer par cette étape. Pourtant, Ramsey la propose en quatrième. Pourtant, si vous regardez les trois premières étapes, vous comprendrez la logique : Si vous investissez dans un fond de retraite, mais que vous avez encore des dettes et aucun argent de côté en cas d’imprévu, vous risquez certainement de piger dans votre fond de retraite et donc de ne plus en avoir. Vous aurez grillé les étapes en pensant bien faire, mais vous ne serez pas plus avancé. Le même conseil s’applique si vous pensez à mettre de côté pour le cégep ou l’université pour vos enfants.

Avant l'étape 1

1. Faire un budget

Avant toute chose, vous devez vous asseoir et faire un BUDGET avec vos dépenses indispensables et vos revenus. Et ce budget doit être refait chaque mois et PAR ÉCRIT.

Dans votre budget, écrivez le but que vous souhaitez atteindre chaque mois avec votre argent (ex. : mettre 300 $ de côté ce mois-ci). Si vous l’écrivez, vous avez plus de chance de le faire. C’est comme un engagement envers vous-même.

Mettons que vous gagnez 30 000 $ par année et que vous travaillez à ce salaire pendant 30 ans. Vous aurez un budget de 900 000 $ à gérer au cours de votre vie. Si je vous donnais cette somme demain matin, est-ce que vous ne décideriez pas d’en planifier la gestion?

Il faut donc vous faire un budget précis. Vous saurez où va aller chaque dollar. À la fin du mois, votre caisse doit balancer. Sinon, c’est que vous ne savez pas où est allé une partie de votre argent. Cela arrivera sûrement parce que les budgets parfaits n’existent pas, mais vous comprenez l’idée.

À chaque fois que vous faites une dépense, même la plus petite (un café), écrivez-la. Vous saurez exactement comment vous dépensez votre argent et cela vous aidera à faire un meilleur budget le mois suivant.

Si vous êtes en couple, vous devez vous mettre d’accord sur votre budget commun sinon ça ne fonctionnera jamais. Engagez-vous l’un envers l’autre à le respecter. Si une situation urgente arrive, prenez ensemble une décision. Si votre conjoint n’est pas d’accord, ne le faites pas. De plus, si vous devez payer davantage quelque part (ex.: une réparation sur la voiture), vous devrez couper ailleurs (ex.: l’épicerie). Votre budget doit encore balancer à la fin du mois.

2. Être à jour dans ses paiements

Juste avant de commencer l’étape 1, vous devez d’abord être à jour auprès de vos créanciers, c’est-à-dire payer le seuil minimal requis partout (hypothèque, cartes de crédit, etc.) afin que personne ne vous réclame rien.

Vous devez être à jour et cela doit entrer en priorité au moment d’établir le budget dont nous venons de parler. Après et seulement après, vous commencerez à penser à faire des économies ou à rembourser des dettes.

Si c’est impossible, votre priorité reste vos besoins essentiels : logement, électricité, eau, nourriture, transport et soins des enfants (vêtements, frais scolaires). Et posez-vous des questions comme celles-ci : est-ce qu’Internet, le câble ou les téléphones cellulaires entrent dans vos besoins essentiels? Se pourrait-il que vous puissiez éliminer certaines sources de dépenses mensuelles? Vous seuls savez quels sont vos besoins et ceux de votre famille. Mais ne confondez jamais besoin et confort.

N’oubliez pas que votre objectif est de sortir de l’endettement.

Quand vous serez à jour dans vos paiements mensuels de première nécessité, vous pourrez d’abord et avant tout vous mettre à jour dans vos paiements minimums auprès de vos créanciers.

Le premier pas : économiser 1000 $ en fond d'urgence

La première étape

Voilà le premier pas de tous. Des urgences, vous en aurez toujours, surtout si vous avez des enfants. Selon le magazine Protégez-vous : « Au Canada, ce sont les Québécois qui mettent le moins d’argent de côté pour faire face aux imprévus. »

Ce même article suggère d’avoir trois mois de salaire en fond d’urgence pour assurer les coups durs comme une perte d’emploi. Ramsey, lui, suggère de mettre 1000 $ de côté seulement au début. Votre grand-mère avait sans doute des économies placées dans un bas de laine. L’expression est restée. Avez-vous un bas de laine?

Peut-être vous dites-vous qu’avec 1000 $ vous n’irez pas bien loin. Vous irez quand même plus loin qu’avec rien n’est-ce pas? Si votre ado doit aller chez le dentiste d’urgence, si le frigo doit être changé d’urgence, vous pourrez assurer. Si vous perdez votre emploi, cela vous aidera. Et ce fonds doit, bien entendu, être alimenté pour qu’il soit renfloué une fois l’argent dépensé. Donc, si vous dépensez 450 $ pour réparer les freins de l’auto, vous devrez remettre 450 $ dans votre fond d’urgence et cet objectif fera partie de votre budget. D’autre part, vous ne pourrez pas utiliser cet argent pour autre chose que les urgences. Jamais.

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de la loi de Murphy comme quoi « Tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera nécessairement mal.» Ça peut paraître pessimiste, mais ce n’est pas l’idée. L’idée est de PRÉVOIR le pire. Pas de penser qu’il va forcément se produire! On espère ne jamais avoir besoin de notre fond d’urgence. Mais il faut prévoir.

Le piège dans lequel il ne faut pas tomber est d’utiliser nos cartes de crédit pour les urgences. Un autre piège serait aussi de penser que certaines choses ou événements sont des urgences alors que ce n’est pas le cas. On n’utilise pas notre fond d’urgence pour payer les cadeaux de Noël par exemple. Un événement qui revient chaque année à la même date n’est pas ce que l’on peut appeler une urgence. Acheter des cadeaux, ça peut se planifier.

Perdre son emploi et devoir attendre quelques semaines pour en trouver un autre ou pour recevoir du chômage, ÇA c’est une urgence.

Que l’urgence soit réelle ou simplement le fruit d’une mauvaise planification, le cycle de dépendance aux cartes de crédit doit être brisé.

Un budget bien planifié où les choses sont anticipées et un fond d’urgence pour les vraies urgences peut mettre fin à cette dépendance nuisible.

Quand Ramsey propose de mettre 1000 $ de côté, c’est un bon départ. Bien sûr, si vos revenus sont très faibles, vous ne pourrez peut-être pas mettre 1000 $ de côté. Commencez par 500 $.

Pensez à la manière dont vous pourriez y arriver. Y’a-t-il des choses que vous pourriez vendre dans votre garage (anciens jouets, matériel de bricolage, etc.)? Pourriez-vous couper quelque part? Travailler quelques heures supplémentaires?

Peut-être que vous vous demandez pourquoi il faut commencer par mettre 1000 $ de côté plutôt que par rembourser 1000 $ sur une carte de crédit par exemple. Eh bien, parce que s’il arrive une urgence, vous serez obligé d’utiliser vos cartes de crédit et aurez encore une fois l’impression que vous n’allez jamais vous en sortir. Il faut mettre FIN au cycle infernal!

Si vous avez déjà accès à 1000 $ quelque part comme dans un compte en banque autre que dans un plan de retraite ou REER, sortez-le. S’il est dans un compte en banque où vous avez des pénalités, sortez-le et assumez la pénalité. Si c’est dans un fond mutuel, sortez-le, s’il est dans des bons d’épargnes, sortez-le. S’il est dans des actions, sortez-le. Puis…

Cachez-le!

Quand vous aurez atteint votre objectif de 1000 $, vous ne devrez pas l’avoir à portée de main. Vous pourriez ouvrir un compte d’épargne juste pour cet argent. Assurez-vous que vous n’aurez pas accès à cet argent facilement.

Et ensuite, seulement ensuite, vous pourrez commencer à penser à rembourser des dettes. Quand vous serez dans la phase de remboursement, si vous touchez à votre fond d’urgence, vous devrez temporairement cesser les remboursements pour renflouer la caisse du fond d’urgence. Cela deviendra avec le temps une façon de faire évidente pour vous.

Voyons maintenant comment rembourser efficacement.