Que faire pour gérer l’hébergement d’un proche?19 octobre 2016

Que faire pour gérer l’hébergement d’un proche?

Vous avez choisi d’accueillir l’un de vos proches? Qu’il s’agisse d’une situation temporaire (survenue après la perte d’un emploi ou d’un être cher) ou d’une situation plus permanente (avec une maison intergénérationnelle), l’impact sur votre dynamique familiale se fera sentir. C’est pourquoi, malgré ce qui jouera sur le plan émotif, il ne faut pas négliger l’aspect impact financier de cette question. Voici donc quelques-unes des options qui s’offrent à vous, de même que quelques trucs pour vous aider à vous adapter à une situation d’hébergement.

Pour les situations temporaires

Si le cœur nous pousse parfois à dire oui un peu trop vite, avant d’entreprendre toute forme d’hébergement, il est primordial de s’asseoir et de discuter avec toutes les personnes concernées : parents, enfants, conjoints, colocataires, etc. S’agit-il d’une situation temporaire ou permanente? Si la situation est temporaire, entendez-vous sur la durée précise de l’hébergement. Soyez honnête avec votre proche et dites-lui ce que vous êtes prêt à faire et ce que vous ne pouvez pas faire.

Prenez également le temps de voir si vos styles de vie ou vos horaires peuvent s’adapter les uns aux autres. Si la relation est bonne au départ, dites-vous qu’elle peut rapidement changer lorsque viendra le moment de partager votre quotidien avec la personne. Une période d’adaptation sera possiblement nécessaire et il faudra vous armer d’un peu de patience. Toutefois, avec un peu de souplesse, vous pourrez arriver à vous entendre.

Pour les situations moins temporaires et permanentes

Lorsque la situation d’hébergement se prolonge, jusqu’à devenir potentiellement permanente, il est alors important de s’entendre sur une dynamique à long terme. S’il s’agit d’un membre de votre famille ayant besoin de soins à domicile, prenez le temps de faire un bilan du temps qu’il vous faudra pour prendre soin de lui et de voir si vous serez en mesure de le faire de façon régulière.

S’il s’agit de parents vieillissants, voyez à l’organisation de l’espace de votre résidence. La subdivision en deux résidences peut être une option intéressante, afin de conserver un maximum d’autonomie et d’intimité.

Ensuite, regardez l’impact sur votre loyer et sur les dépenses qu’un hébergement pourra engendrer. Entendez-vous (par écrit, si nécessaire) sur la répartition des coûts, des tâches ménagères et des responsabilités. Cela permettra d’éviter les malentendus, mais aussi d’avoir une cohabitation plus harmonieuse.

Une solution avantageuse, sur le plan économique et sur le plan moral

Une maison intergénérationnelle peut être une solution avantageuse. Elle permet à des personnes vieillissantes de garder une certaine autonomie, sans assumer l’entretien ni les coûts d’un trop grand logement, et de rapprocher les parents et les enfants.

De plus, le gouvernement du Québec offre différents crédits d’impôt pour les gens hébergeant des membres de leur famille. Pour être admissible, l’hébergement doit avoir duré 365 jours consécutifs, dont au moins 183 durant l’année fiscale en cours. Il existe également un crédit d’impôt pour les aidants naturels, de même que pour le maintien à domicile d’une personne âgée.

Pour savoir quel crédit d’impôt vous conviendrait mieux, informez-vous auprès de votre institution bancaire.

Partager cet article