Négocier une entente avec ses créanciers pour respirer à nouveau5 janvier 2016

Négocier une entente avec ses créanciers pour respirer à nouveau

Bien des gens n’aiment pas négocier. Certains ont peur d’avoir l’air d’un avare ou de créer un froid avec leurs créanciers. Il ne faut pas s’en faire. En effet, il est beaucoup plus avantageux d’économiser lorsque c’est possible, surtout lorsque notre situation financière devient un peu plus fragile. Il faut donc, dans tous les cas, avoir confiance et apprendre à négocier. Tout dépend de la gravité de la situation. Voici quelques trucs à garder en tête pour vous rappeler les avantages de la négociation avec vos créanciers.

Des options avantageuses, même lorsque vos moyens sont plus limités

Vous n’avez pas beaucoup d’argent et vous avez beaucoup de dettes à rembourser? Il n’y a pas de problèmes. La plupart du temps, les créanciers sont ouverts à négocier avec vous afin d’améliorer la qualité de leur service et de vous retenir comme client. Il est donc à la fois avantageux pour vous, mais aussi pour eux de se montrer flexibles lors des négociations.

Évidemment, cela dépend, entre autres, de votre budget et de votre dossier. Si vous avez un historique de retards de paiements, ou si vous avez des attentes irréalistes par rapport à votre budget, il se peut que la négociation ne vous laisse que peu ou pas de marge de manœuvre. Toutefois, en général, il est possible de négocier :

  • De meilleurs termes pour effectuer ses paiements;
  • Une pause temporaire des paiements;
  • Un taux d’intérêt réduit;

Comment s’y prendre?

Pour négocier, il faut être préparé. Pour être préparé, il faut faire un peu comme les politiciens : étudier à fond son dossier. Avez-vous fait votre budget? Quelles sont vos sources de revenus et de combien d’argent disposez-vous? Maintenant, combien pouvez-vous vous permettre de rembourser chaque mois? En ayant un budget à jour, vous serez en mesure de déterminer combien vous pouvez payer chaque mois.

Fixez vos termes et soyez tenace

Une fois que vous savez combien d’argent vous pouvez rembourser chaque mois, pensez à l’offre que vous ferez à vos financiers. Si vous êtes capable de payer 300 $ par mois, à une certaine date seulement, dites-le. Vos chèques de paie ne sont pas synchronisés avec vos paiements et cela vous étrangle un peu plus chaque mois? Vous pourriez expliquer votre situation et demander à ce que ça soit le cas à l’avenir. Vous pouvez aussi profiter de l’occasion pour demander une réduction de votre taux d’intérêt. Par exemple, en proposant de vous mettre à jour dans vos comptes, vous pourriez glisser cette demande à la conversation. Évidemment, il faut s’attendre à la possibilité d’un refus. Vous ne perdrez rien à tenter le coup!

Finalement, gardez-vous toujours un plan B. Les financiers ne diront pas oui à toutes vos demandes dès le premier coup. Il faut donc être tenace et leur expliquer que s’ils n’acceptent pas votre offre, vous ne serez pas en mesure de faire vos paiements. Ils préfèreront conclure une entente avec vous plutôt que de vous perdre comme client.
 

Partager cet article